Le chinois est-il une langue difficile ?


Le chinois est-il une langue difficile ?

Ma réponse est claire : OUI !

Quand quelqu’un me dit « Apprendre le chinois, c’est facile », le premier mot qui me vient à l’esprit est « mytho » !

Je n’ai pas envie de vous leurrer comme la grande partie des sites web et leur campagne attractive d’un apprentissage facile et rapide du chinois.

Mais il ne s’agit pas de la bonne question. La bonne question c’est : « pourquoi le chinois est une langue difficile ? »

Et c’est là que ça devient plus intéressant.

La réponse la plus courante est : l‘écriture. Et c’est VRAI ! L’écriture du chinois ne ressemble en rien à la nôtre. Elle est très éloignée, voire même complètement différente. On ne peut s’appuyer sur aucune de nos connaissances antérieures pour aborder l’écriture chinoise. Ce n’est pas comme en espagnol, italien ou anglais pour lesquels on peut retrouver des mots de vocabulaire. Pour le chinois c’est le total inconnu.

La deuxième réponse est la prononciation. Comment arriver à reproduire ces intonations que nous n’arrivons même pas à distinguer ? Là encore, les sons du chinois sont tellement éloignés des nôtres que nous avons bien du mal à nous appuyer sur quoi que soit de semblable.

Étonnamment, quand on parle de la difficulté du chinois, la grammaire n’est jamais mise en avant. Au contraire, on entend souvent que la grammaire du chinois est très facile : pas de conjugaison, pas de genre ni de nombre, pas de temps. Mais si nous observons bien ceux qui tiennent ce langage, ce sont souvent des personnes qui n’ont jamais appris le chinois ou bien qui le maîtrisent depuis déjà un bon moment. Je peux vous assurer qu’un débutant en chinois est très souvent déçu de la soi-disant facilité de la grammaire du chinois. Pourquoi ? Parce que bien que très simple en soi, elle est très éloignée de la nôtre. Les constructions de phrases sont souvent à l’envers de celle du français. La notion de temps est remplacée par des aspects et des modes inconnus de la grammaire du français.

Bien, si nous nous revenons sur ce qui a été dit, une notion liée à la difficulté du chinois revient toujours : c’est la distance, l’éloignement.

L’apprentissage se construit en prenant appui sur nos acquis. Or pour l’apprentissage du chinois, nos acquis linguistique et culturel ne nous sont pas de grande utilité.

C’est la distance du chinois avec notre langue maternelle ou les langues étrangères que nous maîtrisons qui en fait la difficulté.

Une personne qui sait écrire le japonais et ses Kanji ne trouvera pas l’écriture chinoise si difficile. De même avec la prononciation pour quelqu’un qui parle une langue à tons.

Donc, plutôt que parler d’une langue difficile, il est préférable de parler de langue distante.

LE CHINOIS EST UNE LANGUE DISTANTE !

Cela a deux avantages : c’est plus juste et ça dédramatise l’apprentissage du chinois. Car si la distance est une difficulté, c’est aussi une motivation, c’est un cheminement et une découverte. Dire que le chinois est difficile c’est poser un mur qui bloque son apprentissage. Dire que c’est une langue distante ouvre le chemin sa découverte.

Voilà, j’espère que dorénavant, vous ne parlerez plus du chinois comme une langue difficile, mais comme d’une langue distante en sachant expliquer pourquoi.